LES CROISES DE LA LUMIERE - De plusieurs, un seul

BIENVENUE AU QUARTIER GENERAL DE LA CABALE LIGHT CRUSADERS SUR THE SECRET WORLD ! - FACTION TEMPLIERS -


    Et si le futur, c'était ça ?

    Mani
    Mani
    Co-Leader
    Co-Leader

    Messages : 134
    Date d'inscription : 22/10/2011
    Age : 50
    Localisation : Belgique

    post it Et si le futur, c'était ça ?

    Message  Mani le Mer 4 Avr - 22:31

    En surfant sur le net, j'ai trouvé ça (voyez au bas de la page le document "Paradise or Oblivion").

    J'ai trouvé ça lumineux et j'ai un peu creusé la documentation sur le sujet, c'est interpelant et réjouissant par les temps sombres que l'on vit actuellement.

    Même dans Star Wars, aucun créatif n'a encore eut l'idée d'une telle civilisation ou d'une peuplade ayant développé le mode de société présenté ici.

    Je vous laisse découvrir.


    _________________
    Spoiler:


    Et si le futur, c'était ça ? Epluri10
    Jacen Shan
    Jacen Shan
    Co-Leader
    Co-Leader

    Messages : 166
    Date d'inscription : 23/10/2011
    Age : 30

    post it Re: Et si le futur, c'était ça ?

    Message  Jacen Shan le Jeu 5 Avr - 17:16

    J'aime beaucoup! En fait je ne peux qu'adhérer puisque je prêche la suppression de l'argent et de la notion de "valeur" acquise depuis des millénaires depuis que je me suis engagé sur la voie de l’ingénierie, une voie largement mise en cause dans le gaspillage de ressource cité dans le documentaire ; et le remplacement d'une société fondée sur le travail par une société fondée sur la culture.
    Tout comme ce vieil homme, on m'a qualifié d'utopiste et de communiste plus d'une fois (même dans des entretiens d'écoles d'ingé), mais tout comme lui je suis convaincu jusqu'au fond de mes tripes que c'est une solution plus que viable.

    Le seul point faible, à mon avis, c'est l'inventaire des ressources, à faire dans une période de transition: les gouvernements ne joueront jamais le jeu, à moins de les renverser tous autant qu'ils sont, supprimer les frontières et instaurer une gouvernance mondiale.
    Mais, et c'est le seul point où je suis pas d'accord avec lui, les gouvernements ne se reverseront jamais seul. Il leur faut un bon coup de fouet, à eux et aux financiers, un bon coup de fouet de la part du peuple, à l'instar de Jesus dans le marché du Temple, qui en était allé jusqu'à tresser son propre fouet pour donner une lecon de vie aux "banquiers" de l'époque. Pourtant la masse est encore solidement enchainée dans la Caverne de Platon et c'est malheureux à dire, mais pour les réveiller il va falloir qu'il se commette une horreur, une monstruosité mondiale qui reléguerait la période 1933-1945 à l'état de cartoon, une horreur comme une de celle qui couve en ce moment...(je peux pas être le seul à sentir que la corde est sur le point de lâcher et lorsqu'elle le fera ce sera monstrueux...)
    Quand on y pense, aucune société humaine n'a changé de fonctionnement sans un conflit majeur (la guerre d'indépendance et celle de Sécession pour les States, la Terreur pour la France, la Révolution Rouge pour la Russie, la Seconde Guerre Mondiale pour les 2/3 du monde...)
    Une fois cela fait, peut-être que la masse aura assez de recul pour faire en sorte que les humains s'unissent sous une seule baniere sans pour autant sacrifier ce qui fait leur grande diversité (car s'il y a bien une chose que l'Univers nous a appris depuis l'invention de la cosmologie, c'est qu'il est un véritable fanboy de la diversité ^^). Et si elle en a toujours pas, je vois pas ce qui pourrait lui ouvrir les yeux sauf peut-être l'atterissage pur et simple d'E.T au milieu d'un centre commercial ou d'une crêche What a Face Et si le futur, c'était ça ? 608135129 Et si le futur, c'était ça ? 3371015639

    Et pour finir je souhaiterais citer deux œuvres, l'une où la société a abolie l'argent, inventée par Gene Roddenberry, à savoir Star Trek (pas taper, pas taper, je jure que je suis pas un Trekkie ^^). Et l'autre, une oeuvre de fiction (La Prophétie des Andes) qui traite de l'existence d'une prophétie selon laquelle les hommes finiront par vivre sur la diffusion des idées plutot que sur la diffusion des capitaux.

    PS: Merci Mani pour ta super trouvaille Very Happy


    _________________
    La Vérité par la Sagesse
    La Sagesse par la Patience
    La Patience par la Paix
    La Paix par la Vérité
    Relsar
    Relsar
    Guild Leader
    Guild Leader

    Messages : 582
    Date d'inscription : 08/10/2011
    Age : 28
    Localisation : Clermont-Ferrand, Auvergne (63)

    post it Re: Et si le futur, c'était ça ?

    Message  Relsar le Jeu 5 Avr - 18:32

    Jacen a dit l'essentiel de ce que je pense, moins quelques détails, à la différence près qu'en bon adepte de l'école existentialiste à tendance nihiliste (à 21 ans, si c'est pas malheureux !) je reste convaincu pour ma part que l'Homme demeure une une erreur de la nature, une anomalie, et qu'il n'est simplement pas capable de "faire mieux" que ce qu'il fait actuellement. Chaque Homme, même ceux que l'on qualifie de "vertueux" (vertu et vice n'étant que des concepts purement humains qui n'ont aucune valeur au regard de la Création, soit dit en passant, à relativiser donc) ayant sa part de vices, ces vices n'attendant que d'être réveillés par telle ou telle situation propice, ce qui se produit à 99% des cas. Le tempérament Humain étant aussi divers qu'il est unique, il se trouvera toujours, dans une situation donnée, des Hommes pour faire le bien aux autres, des Hommes pour faire le mal aux autres, des Hommes pour se faire mal à eux-mêmes. L'Humanité parfaite, unie dans sa parfaite unicité d'ordre et de "Bien", c'est une utopie. Alors on peut certes rêver d'une société parfaite etc..., mais tant qu'il y aura des Hommes, il n'y aura jamais d'ordre selon moi. A moins de trouver un moyen d'automatiser les comportements pour les rendre réactifs d'une façon précise à une situation et un ordre des choses définis à l'avance, mais cela ruinerait la liberté fondamentale de laquelle chaque homme se revendique par la pensée et le libre arbitre.

    Non, pour moi l'Humanité, quoi qu'on fasse, court à sa perte. Et oui, je suis d'avis cependant qu'une crise de l'ampleur de l'Humanité améliorerait tout de même les choses. Mais jamais de façon permanente. L'Homme qui s'enlise dans la paix et le confort mental d'une vie "tranquille" (entendez par là une vie sans souffrances d'ordre physique et moral propres à ruiner son existence toute entière, je ne parle pas des soucis somme toute mineurs que chacun de nous avons) finit par atteindre l'Ennui, et selon moi quand l'Homme s'ennuie, le plus souvent il détruit.

    A la rigueur, peut-être que par un heureux concours de circonstances voire un vague sursaut de sagesse (ou simplement l'instinct de conservation) notre espèce survivra en maintenant la société humaine à un niveau à peu près stable et égal, mais même si cela se produit, c'est la Terre qui nous lâchera, parce que la seule chose qui pourrait la sauver maintenant c'est un mouvement collectif de l'ensemble de l'Humanité, alors que c'est justement ce qui selon moi est irréalisable.

    Enfin, ça n'empêche pas d'essayer, et il le faut d'ailleurs. D'abord parce que ça ne fait pas de mal a priori. Ensuite parce que des Hommes occupés à penser et bâtir pour la réussite collective ne sont pas occupés à s'annihiler/se mépriser/se corrompre les uns les autres.


    _________________
    La Connaissance est arme de Sagesse.

    - Bébé, vous aviez une capacité de vocifération proprement
    monstrueuse...Vous glapissiez des heures d'affilée, et l'exploit de vous
    apaiser, seul un sein de femme l'accomplissait.
    - Toujours vrai, d'aventure.
    Mani
    Mani
    Co-Leader
    Co-Leader

    Messages : 134
    Date d'inscription : 22/10/2011
    Age : 50
    Localisation : Belgique

    post it Re: Et si le futur, c'était ça ?

    Message  Mani le Ven 6 Avr - 11:53

    Les points positifs essentiels que je tire de ce projet :

    1. Contrairement à une idée fort répandue, l'être humain n'est pas "mauvais par nature".
    2. L'être humain, comme toutes les formes de vie sur Terre, répond à la loi darwinienne de l'adaptation.
    3. La loi de l'adaptation est le coeur de la théorie darwinienne, et non la "loi du plus fort" (propagande sophiste des capitalistes).
    4. S'adaptant à son environnement socioculturel, l'être humain développe le comportement utile à sa (sur)vie. L'environnement socioculturel dépend de nos croyances, donc n'est pas une fatalité.
    5. Cela signifie que, dans un contexte socioculturel anxiogène, ou règne la pénurie donc la compétition et la violence, il développera des attitudes agressives, violentes et anxiogènes.
    6. A contrario, dans un contexte socioculturel bienveillant, ou règne l'abondance et l'entraide mutuelle, il développera des attitudes bienveillantes, coopératives et solidaires.
    7. Par conséquent, si l'on cherche la cause des causes de tous les problèmes que rencontre notre civilisation, nous trouvons l'économie basée sur la monnaie.
    8. L'économie monétaire, par nature, repose sur le postulat de la rareté, de la pénurie : il n'y en a pas assez pour tous, il faut rationner, grâce à la monnaie.
    9. Dans un système d'économie monétaire, ce qui donne de la valeur au ressources, biens et services, c'est leur relative rareté.
    10. Par conséquent, le système économique, fondé sur le profit, alimente et génère - artificiellement ! - la pénurie (surproduction, thésaurisation des ressources et des biens, gaspillage, obsolescence planifiée).
    11. Paradoxalement, considérant les immenses ressources de la Terre - notamment les ressources renouvelables, ainsi que les connaissances techniques et scientifiques actuelles, une autre alternative est possible, et souhaitable : l'abondance pour tous (!) est possible.
    12. Cette alternative se fonde, primo, sur une économie basée sur les ressources (1), secundo, sur la cybernétique.

    (1) l'ensemble des ressources de la planète devant préalablement et solennellement être déclarées patrimoine commun de tous les terriens (tous les êtres vivants).

    On peut réfléchir à toutes les implications et conséquences sur les comportements humains d'une société sans monnaie, sans argent, et où chacun à accès à tous les biens ou services dont il a besoin. Il est cependant nécessaire de bien garder à l'esprit que cette analyse nécessite de ne pas transposer nos propres comportements dans ce contexte, car nous-mêmes sommes névrosés par le contexte de la société actuelle : nous sommes matérialiste parce qu'il n'y en a pas assez ; nous amassons et nous sommes possessifs avec les biens matériels, parce que cela représente des richesses, du fait de leur (relative) rareté, et parce que la possession est le signe de la réussite et d'une "bonne vie". Il en irait tout autrement dans un contexte où tous auraient accès tout ce dont il a besoin librement. Dans pareil contexte, les névroses possessives disparaissent. Le besoin d'accumuler (peur du manque) n'a plus besoin d'être. L'obsolescence planifiée disparait, et les ingénieurs peuvent - enfin ! - déployer toute leur créativité afin de développer des dispositifs et appareils solides, fiables et durables (puisqu'il n'y a plus besoin de répondre à des objectifs de rentabilité et de consommation renouvelée). Les vols n'ont plus lieu d'être, par conséquent, toute une série de crimes n'ont plus de raison de se développer. Libéré des tâches pénibles et dangereuses grâce à la robotique, les gens peuvent consacrer une grande partie du temps ainsi libéré afin de se consacrer, qui à la gestion de la cité, qui a l'étude, qui à des loisirs (créatifs ou non), qui à des associations culturelles, qui à la spiritualité, qui à la recherche... La participation à la gestion de la cité est encouragée et souhaitée, par le biais de l'application à tous les domaines de la politique (au sens noble du termes, c'est-à-dire "gestion de la cité"), des principes de l'Open Source.

    Si nous sommes nombreux à simplement savoir et connaître l'existence de cette solution, lorsque la fracture arrivera (l'effondrement programmé du système), nous pourrons échapper à la "stratégie du choc" qui risque fort de nous être imposée par les oligarques. Nous pourrons dire NON à leurs prétendues "solutions", et exiger une société fondée sur une économie basée sur les ressources. La prochaine grande révolution a donc déjà un nom, un objectif clair, et une déclaration universelle : l'ensemble des ressources de la planètes sont le patrimoine commun de tous les êtres vivants, et nul ne peut se les approprier à son bénéfice propre.

    Personnellement, je trouve ce projet réjouissant, parce que pendant longtemps j'ai entendu dire "Oui, c'est bien, vous n'arrêtez pas de critiquer le système, mais vous n'avez rien de mieux à proposer, pas de projet alternatif, pas d'idée nouvelle, rien." Et bien si, il y a des idées neuves, des projets alternatifs et même réellement révolutionnaires et réformateurs.

    cheers


    _________________
    Spoiler:


    Et si le futur, c'était ça ? Epluri10

    Contenu sponsorisé

    post it Re: Et si le futur, c'était ça ?

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 23 Juil - 22:43